Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 18:06

LA PETITE


Voici la première partie d'une nouvelle que je viens d'écrire.
Merci de votre lecture.
La suite dans quelques jours...
 

Elise était dès sa naissance un bébé gourmand. Même la nuit elle avait faim! Elle demandait à se nourrir plus souvent que la norme.

 

Elle adorait son papa et sa maman, comme tous les enfants.

Son père le lui rendait bien.

 

Quand elle n’était pas contente, elle étalait sa portion de fromage fondu sur le mur au-dessus de son lit. Et de très bonne heure elle ressentit des raisons de manifester son opposition au silence et à l’hypocrisie des adultes.

 

Quand on noyait les chatons nouveaux-nés de son animal préféré, elle pleurait en elle-même. On lui racontait qu’ils avaient pris un bain. Et ne les voyant jamais revenir, elle ressentait déjà un trouble, une perturbation. Comment aurait-elle pu, à dix-huit mois, avoir conscience du mensonge ?

 

Quant son père tant aimé prétendait « se faire la valise » pour lui cacher qu’il partait au travail, elle cherchait déjà le sens des mots cachés.

En effet cette expression argotique dramatisait la banalité de la situation.

 

Toutefois, La Petite saisit vite l’image et demanda un jour si sa mère allait bientôt faire la valise à papa !

Ses parents ne maîtrisant pas plus l’anglais que le latin, il leur fut de plus en plus difficile de la tromper.



 

Un jour ceux-ci décidèrent de la laisser chez sa mémé et son pépé car ils avaient mieux à faire que de s’occuper d’elle.

Elise avait alors deux ans et demi. Elle était encore un poupon.

 

Elle chérit très vite ceux qui avaient pris le relais de son éducation.

Mais elle ressentait sans cesse l’impression, la certitude même, d’avoir été abandonnée.

 

Elle versait souvent des larmes en réclamant sa maman.

Quand elle n’en pouvait plus, elle se vengeait sur les autres...Et ne s’en rendait pas compte. Elle n’était qu’une enfant.

Elle agaçait et provoquait sans cesse sa mémé qu’elle adorait pourtant.

Comme si cette femme si bonne était responsable de son sort !

Camille ne supportait pas les enfants qui la perturbaient par leurs cris, leurs mouvements et leur agressivité spontanée.

Souvent elle les mordait, se nourrissant de leur chair tendre et souple.

La révolte grondait déjà en elle.

 

Elise se souvient...

 

Un jour, à la maternelle, elle avait peint un canard en jaune sur une mer bleue. Et c’était si beau qu’elle en oublia sa douleur.

Une autre fois, sa maîtresse lui fit planter un oignon de jacinthe .Pas dans la terre mais dans l’eau.

Ce fut pour Elise une révélation. Comme une expérience surnaturelle.

 

La magie commençait à la pénétrer au plus profond d’elle-même.

Elle sentit que tout n’était pas tracé du même trait.

Elle entra alors dans une forme de sensibilité artistique.

Elle avait quatre ans.

 

Elle s’amouracha de la seule sculpture qu’elle puisse observer.

 

 

 Elle l’appelait « Jésus Gris » car le Christ sur la croix était coulé dans un  métal de couleur grise et sa mémé parlait souvent de « Jésus Cri...Gri...»  A quatre ans, elle ne cernait pas vraiment ces nuances phonologiques.

Comme pour la chanson traditionnelle « Mon gros Guillaume, as-tu bien déjeuné », elle chantait avec force conviction : « Mon BOUR Guillaume... ». Et si quelqu’un osait la contester, elle affirmait déjà farouchement : « C’est la maîtresse qui l’a dit. »

Quelle magie de l’enfance de croire à des mots ou des idées qui ne représentent rien pour l’adulte !

 

Son pépé lui racontait souvent la guerre des tranchées. Il y mettait tant de romantisme et de passion qu’elle n’y voyait point de douleur. Son pépé était un poète. Il l’emmenait au cirque et aux fêtes locales.

Elle apprit par la suite qu’il était réputé dans les environs pour animer les mariages.

 

Sa mémé la gâtait beaucoup. Et si quelquefois elle criait un peu fort, c’était probablement une manière de montrer qu’elle s’intéressait à la petite.

Elise finit par prendre goût à sa nouvelle vie. Elle s’attacha à ses parents adoptifs et leur voua un amour inconditionnel.

 

Au bout de  trois ans de bonheur difficilement acquis, ses parents biologiques décidèrent de la reprendre, comme une commode déposée au garde-meuble.

N’ayant pas mieux assumé leur ambition commerciale que leur désir d’enfant, ils revenaient en arrière. Tant pis si elle avait avancé plus vite qu’eux, il lui fallait à nouveau recommencer.

A cinq ans et demi, les trimballages de paquets étaient un peu trop rapides pour Camille.

Ses sentiments et ses pensées commencèrent à se troubler.

 

La petite famille logea alors dans une chambre d’un hôtel miteux.

Elle prenait ses repas dans l’atelier du père. En ces instants, tout semblait bizarre à Camille.

La découverte d’un monde nouveau pour elle l’excitait avant tout.

La seule chose qui l’ennuyait fort était de n’avoir droit qu’à un seul œuf coque alors que son père pouvait en dévorer deux. Toujours affamée, elle admettait mal qu’on la prive de ce plaisir qui lui apportait la sérénité.

 

Au bout de quelques mois, la vie redevint banale...enfin, vue de loin.

 

Elise ne savait plus où ni avec qui elle se sentait bien.

Elle regrettait son pépé et sa mémé si chaleureux.

Son pépé qui la faisait tant rêver était si loin.

La chaleur des bras de sa mémé lui manquait.

 

Elle se sentait comme amputée d’une part d’elle-même, mais trop jeune pour en définir l’idée.

 

 

Elle se considérait comme une étrangère dans cette première famille qui s’était débarrassée d’elle comme on dépose à la consigne un paquet trop encombrant.

 

Durant cette période, elle aima surtout le mystère des souterrains du métro qu’elle découvrait pour la première fois. C’était pour elle encore une façon de s’évader dans le surnaturel. Même si elle eut instantanément la crainte de chuter et de disparaître dès qu’elle était au bord des quais.

 

Jamais Elise ne parvint à recréer une relation d’amour avec ceux qui l’avaient jadis abandonnée.


Chapitre 2, ici.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

yal 15/05/2009 21:56

Elle va s'en sortir....dans l'art, c'est un bon palliatif .Bonne suite!

Alice 15/05/2009 23:12



Oui, elle s'en sort...justement dans l'art.
Mais je vous envoie bientôt la suite. Car qui peut contrôler vraiment sa vie?



reynald 15/05/2009 16:04

Chère Alice,                 j'ai quelque peu l'impression de connaître son prénom, à la petite. Avec un "C" au début, par exemple.C'est toujours un plaisir de te lire.AmitiésReynald

Alice 15/05/2009 18:44


Mais non, mais non! C'est quelqu'un dont m'a parlé mon ami Olivier!


Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives