Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 23:26
Publicitymontage Bonne fin de semaine avec Allan SNYDER!Ne vous reposez pas trop, votre cerveau va ramollir !
 
Repost 0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 18:11

 

 

Sophia Aram dans Crise de foi Théâtre Trévise

Pour être informé des prochaines dates pour "Sophia Aram dans Crise de foi" en temps réel,
Inscrivez-vous Gratuitement à l'Alerte Email.


Salle
où cet événement eut lieu :
Théâtre Trévise, 75009 Paris

Sophia Aram dans Crise de foi
Précédemment

Théâtre Trévise, Paris

Fiche événementCritiques presse
Pour assurer son Salut, Sophia s'est convertie aux trois grandes religions monothéistes. Elle nous promène dans le monde délirant de la foi.

Un monde dans lequel Dieu est le chef de l'homme et l'homme est le chef de la femme.
De la création à l'apocalypse, Sophia revisite les textes en s'interrogeant librement : Moïse avait-il inventé le premier IPAD ? Jésus est-il mort du tétanos ? Peut-on embrasser son mari s'il a mangé du saucisson ?
Convaincue que la religion est d'abord une véritable tragédie pour l'humanité, elle l'a considère également comme un très bon sujet de spectacle... comique. Tous les ingrédients sont réunis. Il y a des prédicateurs racontant des histoires à dormir debout, des personnages fantastiques dotés de supers pouvoirs et des gens pour faire semblant d'y croire.
Sophia est chroniqueuse au fou du roi-France Inter.
Nous déconseillons ce spectacle aux personnes plaçant leur foi au dessus de leur sens de l'humour.

Auteur : Sophia Aram et Benoit Cambillard
Artiste : Sophia Aram
Metteur en scène : Sophia Aram et Benoit Cambillard
 

   
s
 
 
Repost 0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 21:01

 

Voici une invitation au théâtre pour tous ceux qui s'intéressent au problème de la bipolarité et  encore plus pour ceux qui se sentent franchement "normaux".

Les personnes qui souhaitent se rendre à ce spectacle + débat + buffet bénificieront d'un tarif réduit de 10 € si elles se présentent le samedi 21 Août à 21 h, comme ayant eu l'information sur mon blog. Au cas où l'idée de monologue vous inquiéterait, il dure moins d'une heure et me semble très puissant.

Lire mon 2ème article ici.  

 

 

Permission De Jardin à Paris 18ème

Permission De Jardin
 

Artistes

Isabelle Ganz, Jean-pierre Davernon
Organisateur
Manufacture des Abbesses
Lieu
Manufacture Des Abbesses - Paris 18ème
7, Rue Véron - 75018 Paris 18ème

 

 

 

Présentation : Permission De Jardin

PERMISSION DE JARDIN
De et avec Isabelle Ganz
Mise en scène Jean-Pierre Davernon 

Une comédienne arrive sur scène pour jouer la pièce qu’elle a répétée mais rien ne se passe comme elle l’avait prévu.
La voilà embarquée à lire un texte au public sur l’hécatombe des lapins et des hérissons sur les routes.
Lapin ! C’est celui qu’on lui a fait miroiter sans le lui donner quand elle avait cinq ans.
Hérisson ! C’est celui qui l’a réveillée d’un cauchemar suicidaire quand elle était en clinique psychiatrique.
La voilà emportée par les animaux de sa mémoire sur les bancs de l’école, à l’hôpital, la voilà dans le doute et la souffrance, la voilà dans sa folie.
Au terme de ce voyage, quelle pièce jouera-t-elle ?

Vidéos : Permission De Jardin

"Comment s'accepter, évoluer, le plus normalement possible dans un monde où les frustrations de l'enfance ressurgissent et s’entremêlent aux désirs actuels, lorsque les deux extrêmes de la bipolarité s’entrechoquent ?

L'écriture d'Isabelle Ganz nous dévoile un personnage marchant sur un fil tressé d'espoir et de souffrance. Son témoignage nous entraine dans les méandres d'un esprit tourmenté, dans les exhalations d'une âme prompte aux plus grandes espérances.

Cette identité submergée s'emballe, dérape, mais continue à se battre pour garder la tête hors de l'eau, loin des cages à lapin, sans pathos, même avec poésie.

Un voyage mental émouvant qui ne nous parle pas que de la folie dont souffre ce personnage mais aussi de toutes les émotions qui traversent chacun de nous."

 

Auteur

Metteur en scène

Actrice

Sujet

Genre

Durée

Production

Communication

Isabelle GANZ

Jean-Pierre DAVERNON

Isabelle GANZ

Les troubles de l’humeur

Monologue

1 heure

Compagnie CALVERO

SYLARTS

 

 

SYLARTS : Benjamin SAILLARD

06 03 59 66 13 / benjaminsaillard@sylarts.com / www.sylarts.com

Compagnie CALVERO : Gil de LESPARDA

06 73 32 19 76 / compagniecalvero@wanadoo.fr

Florian JOURDON

 

est éclairagiste et régisseur.

Il participe depuis 1997 à des festivals, des spectacles de rue, travaille pour différentes

compagnies et scènes décentralisées.

Florian JOURDON

créée en 1999 est basée à Paris avec une annexe en Région Centre.

Elle est constituée d’acteurs, metteurs en scène et auteurs qui se

rassemblent à l’occasion de créations ponctuelles. Depuis plus de dix

ans, la compagnie Calvero a créé ou participé à plusieurs spectacles dont les plus remarqués

ont été «Chapo dans le métro» représenté en France et

à l’étranger et «Cirque & Poésie».

Dernières productions de la compagnie Calvero :

«Cirque & Poésie» : spectacle sous chapiteau

Sens 2006 - Région Parisienne 2005, 2004

«Chapo dans le métro»

Alliance Française en Israël 2005, en Roumanie 1999

Tournée en Région PACA 2004, 2003

Commandes pour la ville de Saint-Germain-lès-Arpajon (91)

Ecriture et mise en scène 2005, 2004, 2003

Sylvette DEQUEST

Sylvette DEQUEST

 

est costumière.

Elle a créé les costumes des nombreuses mises en scène de Julie Brochen depuis 1993 pour le

théâtre et l’opéra.

Elle a collaboré aux mises en scène de Pierre Diot, Philippe Lanton, Jean Claude Gallotta, Omar

Porras, Jean-Claude Penchenat, Héléne Delavault et Jean Claude Durand, Lukas Hemleb, Claude

Guerre,

David Lescot.

Dernièrement elle a signé les costumes de « l’Européenne » de David Lescot qui a fait l’ouverture

du Festival de Naples au San Carlo puis a été reprise au Théatre de la Ville des Abbesses à Paris.

La compagnie CALVERO

 

"Comment s'accepter, évoluer, le plus normalement possible dans un monde où les frustrations de l'enfance ressurgissent et s’entremêlent aux désirs actuels, lorsque les deux extrêmes de la bipolarité s’entrechoquent ?

L'écriture d'Isabelle Ganz nous dévoile un personnage marchant sur un fil tressé d'espoir et de souffrance. Son témoignage nous entraine dans les méandres d'un esprit tourmenté, dans les exhalations d'une âme prompte aux plus grandes espérances.

Cette identité submergée s'emballe, dérape, mais continue à se battre pour garder la tête hors de l'eau, loin des cages à lapin, sans pathos, même avec poésie.

Un voyage mental émouvant qui ne nous parle pas que de la folie dont souffre ce personnage mais aussi de toutes les émotions qui traversent chacun de nous."

Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 18:21


 Une amie m’a prêté le DVD d’ IRINA PALM, de Sam GABARSKI.

 J’ai vraiment adoré ce film et vais tenter de vous faire partager mes émotions.

Tout d’abord, le décalage entre la vie passée de l’héroïne, Maggie, et ce qu’elle découvre des turpitudes du monde du sexe crée déjà un malaise qui ne nous quitte pas. Comment passer d’une vie de petite bourgeoise à celle de travailleuse du sexe sans être totalement perturbée ? Si les premiers pas semblent difficiles, comme dans toute nouvelle entreprise, on réalise là que la motivation est la source essentielle de toute action, aussi complexe et périlleuse qu’elle soit. Maggie veut sauver la vie de son petit-fils et il lui faut une grosse somme d’argent. Non, elle n’a pas un profil kamikaze pour braquer une banque. Donc, discrètement et au prix d’efforts surhumains, elle décide de vendre des services sexuels. Son âge et son look ne lui permettant pas de monnayer son corps, elle trouve un moyen d’exercer ses talents grâce à la douceur de ses mains. Tout un programme dont je n’avais jamais entendu parler. Il pourrait se rapprocher des Peep-shows, comme dans
 « Paris Texas ».

irina palm

Mais non. L’action en est encore plus réduite. Il suffit d’entrer dans une cabine exiguë, d’allumer un signal pour montrer que l'employée est prête, et d’ouvrir un orifice dans le mur afin que le client en manque y enfourne sa queue. Au départ, cela peut surprendre ! Maggie s’y adapte en aménageant au moins mal sa cellule. Elle y apporte des photos de son petit-fils, une poubelle avec couvercle afin de ne plus compter le nombre de kleenex qui recueillent les trop nombreux spermes, et des onguents de son choix, plus doux que ceux qui lui sont proposés.
Simultanément, nous pouvons observer l’évolution  de la relation
affective entre Maggie et son proxénète, Miki.
Celui qui nous apparaît comme un macho de première est tout d’abord très dur en affaires, comme il se doit.  Il ne la rate pas la "grosse vache" de Maggie et lui promet de la tuer si elle n’est pas capable de tenir le contrat qu’elle a souhaité conclure afin de gagner du temps pour permettre à son petit-fils de partir en Australie pour subir le seul traitement capable de ne pas le laisser mourir.
Au fil du poil, la chaleur et l’amour de Maggie commencent à toucher Miki, mais vraiment à peine. Il semble juste se poser quelques questions dont nous n’aurons pas l’honneur de connaître tous les fondements. En petites touches subtiles, la vie se fait sans que personne ne puisse intervenir. Le sujet essentiel de ce film est certes l’amour, sous toutes ses formes.


Et un plaisir particulier pour la scène dans laquelle Maggie raconte à ses copines de quelle façon elle gagne beaucoup d'argent! Là où l'on s'aperçoit qu'après le premier choc, toutes les coincées ont envie de comprendre comment "ça fonctionne un homme"!

 

Le sujet semble de prime abord dramatique, mais la façon dont il est traité nous met du beaume au coeur.


Comme je vous souhaite de voir ce film, je ne risque pas de vous en révéler la fin.


J’ai ensuite regardé tous les bonus.

 En ce qui concerne les comédiens :

- Marianne Faithfull (Maggie) est sublime. Elle s’est fait teindre les cheveux et dit qu’elle aurait pris du poids pour les besoins du scénar. Moi, je la trouve plus belle dans le film que dans la vie réelle. A son âge, l’aspect blondasse ne lui va pas si bien !

- Miki Manojlovic (Miki) est complètement craquant dans ce rôle. A tel point que l’on a vraiment du mal à le voir comme un maquereau tel que l’on s’imagine !

- Les seconds rôles sont tous excellents dans leur sincérité et leur crédibilité.

Rien de manichéen dans un monde que l’on nous montre souvent comme allergique à tout sentiment.
 Tous les personnages évoluent dans la plus parfaite réalité humaine. La réserve du metteur en scène, Sam GARBARSKI , fait preuve d’une délicatesse difficile à tenir sur ce genre de sujet. Pour ma part, j’ai toutefois apprécié de voir les rushes, scènes tournées mais non éditées dans la version intégrale du film.
L’une, un peu « hard » que j’ai trouvée très forte grâce au comédien.
L’autre, bien plus tendre, qui m’a apaisée et réjouie.
Elles n’étaient certes pas nécessaires à la construction du film, mais j’ai ressenti un grand plaisir à les voir tournées, mêmesi je me les étais imaginées.

Pour toute info complémentaire sur le film et les acteurs, je vous renvoie sur
Wikipédia, le meilleur en synthèse.

J’espère vous avoir donné envie de regarder ce film.

Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 18:39

Grâce à Arte, j'ai découvert ce peintre fabuleux, au sens propre du terme. Car dans chaque tableau, il raconte une histoire. Ce qui est loin d'être le cas de certains peintres contemporains...

Séduite et dérangée par son oeuvre picturale, je vous montre ce que j'ai pu en attrapper sur le net. Je tiens à  vous préciser que certaines de ses peintures mesurent 5mx3,50m. Ce qui ne rend pas grand-cose sur le Web...

Je pense que Jonas BURGERT
JONAS BURGERT PORTRAIT
 est un peintre à la hauteur de ses échafaudages. Il paraît que les amateurs s'arrachent ses dernières productions. Comment pourrais-je lutter en regard  d'un mec aussi doué?
Bravo à lui...et de plus il est beau!

...Quand je dis qu'il n'y a pas de justice!!!

Detail jonas
artwork images 882 474884 jonas-burgert
artikel-57-404-grossJONAS BURGERT

Repost 0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 19:18

Voilà deux films dans lesquels j'ai été gênée par le fait qu'une voix voix ff 
 commente les évènements durant toute la durée du film. Et tout dernièrement dans "Le Talentueux Monsieur Ripley", d'Anthony Minghella.
 
Voir détails sur allociné

Ce film a été le deuxième réalisé d'après un roman à suspense de Patricia Highsmith que j'adore. Cette intrigue avait déjà inspiré René Clément en 1960. Voir son film"Plein Soleil" pour les jeunes car je pense que tous les cinéphiles de ma génération connaissent !



Ce film m'a paru d'une sensibilité et d'une qualité très fines, mais cette voix off a diminué l'émotion que j'aurais pu ressentir. Portant Matt Damon excelle et est on ne peut plus rédible. Son jeu m'aurait suffit à entrer entièrement dans le sujet et la problématique de la psychopathie.

La voix off est-elle conçue pour que le spectateur prenne du recul au cas où il ressentirait trop d'angoisse à la vue de tels désordres mentaux? Ou est-ce une question de mode?
Car si nous adorons regarder des thrillers, c'est avant tout pour avoir peur d'évènements et d'actes qui ne nous sont pas arrivés dans notre vie réelle. Alors pourquoi coller de la froideur à ce qui nous fait chauffer?

Si l'on en croit les commentaires de
Wikipedia, ce serait une facilité du metteur en scène. En ce qui me concerne, j'ai vraiment l'impression que cela favorise une forme d'hermétisme. Ce que je ne comprends pas bien de la part d'un réalisateur qui a énormément investi en travail et en fric pour parvenir à concevoir un film et à le faire produire. Et vous, que ressentez-vous sur cette figure de style cinématographique?


Repost 0

Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives