Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:25

Un petit clin d'oeil sur la délocalisation. Apparemment, il reste des domaines où l'on pratique à l'inverse. Pourrions-nous appeler cela LA RELOCALISATION?

 

Article reçu par Marianne 2.

 

Et si le cannabis était un nouveau produit du terroir ?

Hexaconso - Blogueur Associé | Samedi 27 Novembre 2010 à 05:01 | Lu 6030 fois
 

Culture made in France, faisant vivre les petits exploitant contre la grosse machine de la mondialisation. Quid de ce produit fanco-français? Hexaconso nous explique comment le cannabis cultivé en France coupe la chique à la résine marocaine.



On vous le disait depuis un petit moment : le Made in France est porteur. On en a maintenant la preuve, avec un nouveau produit du terroir, dont la culture se relocalise à grande vitesse, et qui connaît une croissance à faire rêver tous les industriels de France : le cannabis !«  »

Eh oui, l’herbe Made in France détrône aujourd’hui la résine marocaine ! Selon le rapport de l’Observatoire national de la délinquance, les consommateurs de cannabis achètent de plus en plus made in France… En effet, 50 pour cent de l’herbe consommée en France est désormais produite sur place. On assiste à l’émergence de la culture du cannabis dite « indoor » dans l’Hexagone. En clair : le cannabis est cultivé directement dans les banlieues, au plus près du consommateur.


Et si le cannabis était un nouveau produit du terroir ?
Aujourd’hui, cette « culture » s’est professionnalisée. L’herbe pousse dans des hangars, sous lumière artificielle. Le « cannabiculteur » français est passé du stade artisanal à la production de masse. Avec une multitude de groshops, ces chaînes de magasins qui fournissent sur la Toile de quoi monter sa propre exploitation, pour participer à une sorte de franchise de la production de stups. Pas moins de 400 groshops existent désormais en métropole, assure David Weiberger, de l’Institut National des Hautes Etudes de Sécurité et de Justice (INHESJ), la plupart se présentant astucieusement sous une activité anodine de jardinerie.

Terminée donc l’image du gentil baba cool cultivant ses quelques pieds dans le Larzac, ou du jeune cultivant sa « consommation personnelle » dans son placard ou sur son balcon. Place à l’industrie, financée par des groupes criminels organisés. Bon, la production Made in France n’arrive pas encore à la cheville de la production Made in Italy, où le sud du pays concentre des productions à très grande échelle (un million de plants détruits récemment dans une seule « plantation »), mais c’est quand même la preuve que la fabrication française peut être compétitive. Et que rien ne remplace la proximité avec le client !


Retrouvez tous les articles de Hexaconso sur son blog

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Reynald 28/11/2010 22:47



Il l'avait dit de travailler plus pour gagner plus.
Les chanvriers ont passé de 4 plantes à 4 ha. Probablement qu'ils votent UMP ;-).
Blague à part, il y a des milliers d'hectares qui sont cultivés en chanvre pour la ficelle, et surtout l'isolation. (Principal transformateur/diffuseur: Saint-Gobain par sa filiale Isover). Sur
ces cultures, le THC n'est pas poussé, mais il n'est pas possible en Europe du sud de produire du chanvre à ficelle qui respecte les normes légales de THC. Et pendant que les karchers font la
chasse aux joints, Ricard et Philip Morris vendent tranquillement leurs produits mortels. Faut-il rappeler qu'alcool et tabac sont les deux drogues dures les plus dangereuses au monde, les plus
mortelles.
La relocalisation  de cette production donnera un peu plus de loisir aux gabelous, déjà qu'il n'ont plus de frontière terrestre à contrôler........
Reynald



Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives