Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 19:58

Vous vous croyez invulnérables face à la folie? Peut-être n'y a-t-il  aucune certitude en ce domaine?
Essayer donc la lecture de:


Sur le site Elsevier Masson


La rédaction
    

    
Perte de contrôle, souffrance morale… On a tendance aujourd’hui à ne plus tolérer les difficultés de la vie et à craindre même parfois de perdre la tête pour de bon. Or « péter un câble » recouvre des états très divers, de l’explosion de colère à toutes les formes de pathologies mentales.
Alors où est la frontière entre le normal et le pathologique ? Certaines personnes sont-elles plus à risque ? Quelle est la part du génétique, de l’environnement et des sentiments inconscients ? Quel est le véritable impact du stress sur la santé mentale ? Avoir trop d’ambitions personnelles peut-il être dangereux ? Certains métiers mettent-ils en péril l’équilibre mental ? Y-a-t-il des cultures qui protègent des problèmes psys ? Les troubles mentaux sont-ils de plus en plus fréquents ? Qui va chez le psy ? Peut-on-s’en sortir et comment ? Le système de soins français est-il adapté et suffisant pour faire face aux problèmes psys ?
Vivianne Kovess-Masfety 1 apporte une réponse claire et vraie à toutes nos interrogations sur la santé mentale et la psychiatrie en France aujourd’hui.
    

1  Vivianne Kovess-Masfety est psychiatre et épidémiologiste. Elle dirige une unité de recherche de l’université Paris-Descartes où elle enseigne et est professeur à l’université McGill à Montréal.



    
http://www.em-consulte.com/article/202147/

© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.

Sous ce titre peu intimidant se cache l’ouvrage d’une psychiatre et épidémiologiste dotée d’un rare talent de vulgarisation. L’entreprise se compose de trois parties : d’abord, une revue des questions classiques en psychiatrie, comme la distinction délicate entre le normal et le pathologique ou encore l’influence de la génétique sur le comportement ; ensuite, un passage en revue des principaux troubles mentaux tels que la dépression, les conduites suicidaires et les psychoses ; enfin, des points de repère pour débroussailler la jungle des thérapies. Le propos n’a rien d’aride, bien au contraire : les sujets sont traités avec une exceptionnelle clarté, de façon concrète, sans pédanterie. Dans le genre, une prouesse.

Jean-François Marmion

http://www.scienceshumaines.com/n--238217importe-qui-peut-il-peter-un-cable…

Le «pétage de câble»: ce qui est normal et ce qui l’est moins…



Vidéo avec extraits du livre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blutch 26/11/2009 02:05


Pourtant les patrons-actionnaires-parasites ne survivent que parce que nous acceptons qu'il en soit ainsi. Rien ni personne ne peut justifier qu'un dirigeant d'entreprise puisse être payer
plusieurs milliers de fois le salaire mioyen dans l'entreprise. Lorsque l'écart maximum dépasse un coefficient de 10, on est déjà dans des distorsions inacceptables.
le gugus de l'éduc qui veut faire chanter la marseillaise aux enfants ( probablement avant de renouveler les paroles de "Maréchal nous voilà", je trouve qu'il a une bonne idée, mais il faut
kl'assortir d'une étude de texte, que les mômes sachent VRAIMENT ce qu'ils chantent ... çà leur donnera peut-être des idées.
Pour un français pur sucre, le sang hongrois il est impur?????????


Blutch 23/11/2009 23:48


Pour préciser le point 5:
Un exemple comme çà, au hasard: France Télécom.
Quel degré de stress, de burn out, de suicides dans la boîte, secteur par secteur de l'entreprise elle-même.
Et que la Sécu reporte sur ces entreprises voyoutes les frais de santé que çà engendre. La loi actuelle le permet.
Heu que dis-tu? Que çà pourait faire sauter la direction de la boîte.....
C'est permis de rêver, non.............
Blutch


Alice 25/11/2009 23:17



Heureusement que nous sommes encore autorisés à rêver! Et plus je parle aux gens qui passent dans mon environnement, plus je m'aperçois que nous sommmes très
nombreux à être conscients que les presque pauvres sont toujours aux premières loges pour être pompés de tous côtés: financier, psychologique et tout simplement humain.
Alors, je me demande pourquoi encore la majorité des citoyens ne réagit pas.
Les moutons et la "majorité silencieuse" ont encore de longues années devant eux.



Blutch 23/11/2009 13:30


Certaines professions sont donc plus exposées que d'autres, rien d'étonnant à cela, puisque ce sont celles qui sont le plus en contact avec un sentiment d'injustice sociale ou "divine":
L'avocat qui ne peut prouver l'innocence de son client.
Le toubib impuissant devant la maladie et la mort, etc.
Il y a plusieurs réflexion qui me viennent comme çà:
1° Le bonheur n'est ni un droit, ni un état de fait permanent.
2° La société n'admet plus les coups de colère qui exultent et font baisser la pression.
3° La communication entre les individus se dégrade. Il devient de plus en plus impossible de se répendre lorsqu'on en a gros sur la patate.
4° Lorsque la pression professionnelle devient trop forte, ce n'est plus possible de dire au chef ou au patron qu'il exagère, qu'il n'est pas possible de faire à 2 ce qui se faisait à 8 avant,
etc.
5° Il manque cruellement des calculs des statistiques par entreprises et secteurs commerciaux.
6° Comme il manque aussi une reconnaissance de maladie professionnelle au stress et aux dépressions.
7° On vit dans un environnement de plus en plus "électrique", dans tous les sens du terme.
8° Pour arriver à des chiffres stables de pétage de câble depuis 20 ans, je crois que les critères ont été modifiés parce que tout le monde peut constater qu'il y en a de plus en plus autour de soi
et que l'on ne peut pas tous vivre dans un microcosme plus exposé que le reste de la population.
9° Il serait temps d'admettre que "Egalité" implique plus de DEVOIRS que de DROITS, surtout dans une société qui pourrait être prospère en zappant les égoïstes du pognon.
10° Nous vivons de plus en plus dans une société dont le moteur est passé du sentiment (j'aime, je n'aime pas) vers le ressentiment (ce est troppp injuste, pourquoi je n'ai pas ce que tu as,
etc).
En bref, on est dans une société CALIMERO et la France en a un bel emblème.


Alice 23/11/2009 17:56


5° Il manque cruellement des calculs des statistiques par entreprises et secteurs commerciaux.
Justement, celle qui a écrit le bouquin parle des professions à risques et donne des stats.
Quant à l'entourage de tarés qui balancent leurs problèmes perso sur les autres, j'y suis complètement dedans avec un dégorgement des égouts: on voit là toute l'ampleur de l'irresponsabilité et de
l'égocentrisme!


Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives