Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 19:22

Ecole: bienvenue chez les copieurs de Jean-Paul Brighelli -


Blogueur associé | Lundi 29 Mars 2010 à 14:01 | Lu 4829 fois

 


Le plagiat a toujours fait partie intégrante de l'éducation à la littérature. Mais pour le professeur et blogueur Jean-Paul Brighelli, Internet a intensifié cette pratique. 

 

Ma devise favorite est une formule de Valéry : « Rien de plus soi que de se nourrir d’autrui. Le lion est fait de mouton assimilé. » Juste derrière, ma seule certitude sur la littérature : « Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d’ailleurs est inconnue » (Giraudoux). Autant dire que l’une de mes bibles critiques est le Palimpsestes de Gérard Genette, qui analyse en détail tous les niveaux du sous-texte, depuis la copie (qui n’est jamais l’original, aussi pure soit-elle, Borgès a écrit des choses définitives sur le sujet) jusqu’à l’allusion lointaine, l’écho amorti des mots des autres, en passant par tous les plagiats possibles… Bref, je ne suis pas hostile, loin de là, à ce que les élèves usent, pour leurs travaux scolaires, des ressources des bibliothèques — à commencer par la bibliothèque immatérielle de la Toile. Qu’ils citent ou s‘inspirent. Qu’ils démarquent, même, à la rigueur… C’est ce que l’on appelait, depuis des lustres, un travail personnel (1)… Sauf que… Le Net, c’est la triche à portée de main. Tous les profs (et à tous les niveaux : il y a de plus en plus de « rédacs », en collège, qui arrivent naïvement immaculées, parfaites de la première à la dernière ligne) lisent des copies où ils sentent, en gros ou en détail, qu’il ne s’agit en rien d’un travail personnel (voir plus haut…). Les dissertations sont, de plus en plus, un montage de paragraphes piqués dans les innombrables sites, payants ou non, où se trouvent les corrigés de tous les sujets possibles, recensés par genres — quand on ne trouve pas exactement son sujet, on fait dans l’à-peu-près, c’en est divertissant, parfois. D’ailleurs, un enseignant un tant soit peu éveillé doit d’abord soumettre son sujet au Net, avant de le donner aux élèves — de même qu’il peut chercher, en soumettant quelques phrases de la copie suspecte à son moteur de recherche préféré, d’où l’élève paresseux a tiré sa copie — ou tel fragment d’icelle. Le plus stupéfiant, c’est le culot des élèves. Non seulement ils nient (c’est de bonne guerre, nous l’avons tous fait, quand nous piquions au Gaffiot tel fragment de latin opportunément traduit), mais en amont, ils n’hésitent pas à piquer — le Net a mis la malhonnêteté à portée de souris, et la tentation est trop forte, dans une civilisation (et, pour certains, une Ecole) du moindre effort. À piquer des pages entières. Des textes entiers. Des devoirs tout faits. Le correcteur hésite. Il a très envie de mettre zéro — mais neuf fois sur dix, à moins de se lancer dans une recherche au long cours, il n’a pas la preuve du forfait. Il accuse, mais aussi sec, les parents courroucés, éventuellement complices, débarquent bardés d’avocats. Alors, l’enseignant accablé hausse les épaules (c’est le tic physique le plus fréquent, en ce moment, en milieu scolaire), et note la copie de… l’un de ses collègues, probablement. Oui — pourquoi se fatiguer ? se demandent les élèves… Les mathématiciens s’étaient heurtés au même problème il y a une trentaine d’années, quand ont débarqué les calculatrices — et ils ont changé leur fusil d’épaule, échangeant une exigence de résultat contre une esthétique du raisonnement. Mais en Lettres, que demander exactement ? La solution la plus simple — ne plus donner de devoirs à la maison, et tout faire en classe — ne tient pas : n’importe quel portable relié à Internet apportera en temps réel les solutions désirées. Peut-être faut-il partir de l’évolution des technologies, et partir du principe qu’ils ont accès au Net (pas tous, d’ailleurs : l’Ecole à deux vitesses est là aussi). Et leur demander des travaux de synthèse qui les fassent transpirer — sur la Toile.

 

NB : M6 cherche en ce moment des enseignants capables de témoigner, pièces en main, de cette tendance moderne à la triche informatisée. La chaîne voudrait leur témoignage pour une émission à enregistrer dans la première semaine d’avril. Si vous avez envie de briller sur les ondes, passez un coup de fil à Emmanuelle Ménage,

06 78 59 95 11. Vite !

 

* La France doit s'impliquer davantage pour les écoles en Haïti * La croissance ne crée pas l'égalité * La rue meurt sous la rumeur (1) Cécile Ladjali (voir entre autres Eloge de la transmission et Mauvaise langue) et quelques autres ont suffisamment démontré qu’un travail personnel n’émerge pas tout armé de la cervelle du génial élève, mais qu’il est le fruit d’une longue fréquentation des travaux et des textes des autres. D’une humilité, d’une servitude volontaire. Leur dire autre chose est l’une des escroqueries, parmi tant d’autres, du pédagogisme



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blutch 02/04/2010 18:55



Actuellement, que peux-tu avoir de mieux avec le bac?


Chômiste de première classe!
Mais sans indemnités parce que sans avoir travaillé.


Elle n'est pas belle la vie???


Blutch



Alice 02/04/2010 18:59



Certes! Mais "à mon éoque" le BAC était une ouverture sur la vie professionnelle. Et aujourd'hui, si les gamins ne comptent que sur le net pour avancer, ils
ne sont pas très fufutes!



Blutch 02/04/2010 11:00



Il fut un temps où la triche avait le mérite de développer l'esprit débrouille, tout n'était donc pas perdu....
On peut se demander comment moraliser l'école lorsque les exemples de triches et de malversations viennent d'en haut.
Bonne journée
Blutch



Alice 02/04/2010 18:33



Alors là, nous sommes une fois de plus dans le même esprit...si je puis dire.


J'ai pas mal triché en classe, surtout en fin de lycée. Et ce qui était jubilatoire représentait pour moi une capacité à être magicienne, sans en avoir appris les tuyaux.


Mon seul but était d'obtenir le bac afin d'entrer plus aisément dans la vie professionnelle. Et je dois reconnaître que cela a toujours bien fonctionné pour moi...Tout en éveillant quelques
jalousies chez les puristes incompétentes!!! Je l'écris auféminin, car les mecs, ça les amusait!


Allez, au point où j'en suis, je n'ai plus rien à perdre! Je me suis même fait aider par mes voisins de table lors des épreuves du BEPC et du BAC. En géométrie puis en philo.Je n'ai certes pas
obtenu d'excellentes notes, mais ces petites tricheries m'ont juste permis d'obtenir ces diplômes au 1er essai et de ne rien devoir à mes parents!


Et comme le résultat final m'a valu seulement d'être instit, je n'en ressens aucune culpabilité.


Mais les jeunes d'aujourd'hui vont au plus facile. Ils ne seront même pas capables de se reconvertir en prestidigitateurs!


 



La Verdoyante 31/03/2010 23:59



Sus à la tricherie: n'incriminons pas M6 qui n'y est pour rien! C'est uniquement un problème de dates, car le tournage tomberait juste pendant notre semaine de bacs blancs (et donc de suppression
de cours).


Bref: pas de quoi interpréter ce contretemps...



Alice 01/04/2010 17:08



Dommage! M6 aurait toujours pu te demander ton avis sur le sujet...



La Verdoyante 31/03/2010 20:10



Eh non, on ne me verra pas à la télé: problèmes techniques pour le tournage dans mon lycée... Mais je suis certaine qu'un autre prof témoignera avec autant de véhémence que moi!



Alice 31/03/2010 20:20



Ben d'la crotte! Pour une fois que tu étais partante, ils ne savent pas ce qu'ils ont perdu!


Déjà que les transports ne sont pas efficaces dans la zone de ton établissement, ça fait toujours plaisir de voir que les
techniciens de M6 ne sont pas plus doués que ceux de la SNCF!



A voir ce qu'ils auront tiré du sujet...



La Verdoyante 30/03/2010 21:28



Argh, ne m'en parlez pas!!!


Internet est un fléau dans une vie de prof! Des heures et des heures à chercher la source des devoirs d'élèves qui prétendent avoir subitement touché au génie...


Un exemple de débat sur le site d'un de ces escrocs qui "mutualisent leurs savoirs":


http://patricehouzeau.over-blog.com/categorie-10791910.html


Bref, j'ai bien envie de témoigner et j'ai téléphoné à M6. J'attends de savoir si on me verra à la télé...



Alice 30/03/2010 22:18



J'espère que nous te verrons sur M6. Tu sais si bien parler qu'il serait dommage de nous priver de ton éloquence! Tiens-moi au courrant.



Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives