Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 21:54

Toujours débordée, je vous transfère un article de Marianne 2.

Jamel Debouze n'est pas pour  un modèle mais au moins il sait de quoi il parle...et pas si bête!

Identité nationale: Jamel Debbouze parle, et fait jaser les Mariannautes

Marianne2 | Dimanche 31 Janvier 2010 à 15:28 | Lu 23743 fois

Plus de 1000 commentaires: c'est ce qu'a généré l'article très critique de Philippe Bilger sur les récentes saillies de Jamel Debbouze au sujet de l'identité nationale.



La chronique que notre blogueur associé Philippe Bilger a consacrée jeudi dernier à Jamel Debbouze a été commentée plus de 1000 fois. Il faut dire qu'elle portait à la fois sur un thème cher aux Mariannautes, le débat sur l'identité nationale, et un sujet qu'affectionnent les Internautes en général, l'icônique comique Jamel Debbouze.

En décembre dernier, déjà, l'humoriste préféré des Français avait émis les plus grandes réserves, comme on dit, au sujet du débat lancé par Eric Besson. «Je comprends parfaitement la logique politicienne du débat à l’approche des régionales. La droite resserre l’étau pour draguer un certain électorat. A l’heure où les gens crèvent la dalle, je trouve ce débat inutile et dangereux», avait-il déclaré dans une interview au Journal du dimanche. Jusque là, rien que de très banal: «il y a la faim dans le monde et on se lance dans de faux débats, c'est vraiment trop nul» est un discours éprouvé de longue date par les artistes. Jamel Debbouze nous avait habitués à mieux. Mais pas à pire.

C'est pourtant ce qu'il a fait la semaine dernière, sur France Info, puis au cours d'un entretien filmé avec le Parisien.fr (voir la vidéo ci-dessus), en déclarant que «[la burqa] n'est même pas un épiphénomène, ça ne concerne que 250 personnes, qu'est-ce qu'on vient nous faire chier avec ce truc...Encore une fois c'est xénophobe, voilà, et les gens qui vont dans ce sens là sont des racistes! ». Des propos qui ont immédiatement déclenché la polémique recherchée. Un débat parfaitement binaire, où s'affrontent d'un côté ceux qui ne supportent pas qu'on s'en prenne à Jamel Debbouze, une star aussi intouchable que Zidane et considèrent qu'il parle d'or, et de l'autre ceux qui estiment que les vedettes feraient parfois mieux de fermer leur bec. Philippe Bilger est de ceux-là. Autant dire tout de suite que ce ne sont pas les plus nombreux.

D'où cette avalanche de commentaires qu'il serait inutile de chercher à résumer. Le commentaire de Citoyen est cependant assez représentatif: «M. Bilger m'avait habitué à une justesse des écrits et le voilà qu'il succombe (lui aussi) à la surenchère médiatique sur le dos de "l'étranger". Je n'ose pas imaginer un seul instant, qu'un homme aussi intelligent que lui, n'ait pas prévu l'avalanche de mots de haine, d'insultes, de préjugés, de paranoïa...à l'égard des musulmans de France.
M. Debbouze a le droit de penser ce qu'il veut et de l'exprimer et si l'on n'est pas d'accord, on a le droit aussi de le dire sans amalgame et sans insulte. Il est né en France, de parents nés à l'étranger (c'est d'ailleurs le cas de beaucoup de Français...vous ne pensez pas ?). Tout lien avec ses origines est du racisme et toute allusion à son handicap l'est aussi.
»

Jeanne, quant à elle, résume bien le point de vue adverse, et les questions que se posent les Mariannautes sur la différence de traitement médiatique entre les provocations de Jamel et celles de Georges Frêche: «Je rejoins les propos de M. Bilger qui ne sont pas partagés par beaucoup semble-t-il, (s'il en fallait une preuve, on peut s'exprimer librement en France) mais ce qui me surprend, à l'heure des "buzz" permanents dans les médias, c'est que les propos du pauvre Debbouze, qui m'ont quand même semblé violents, n'aient pas été repris par ces mêmes médias (voir Frêche, qui soit dit en passant ne m'a jamais paru très catholique, par exemple). Pourquoi ?»

Mais l'essentiel des commentaires est en réalité un vaste débat entre Mariannautes. Sur l'islam, la burqa, l'immigration, la religion, la France, ce qu'est être français. Bref, un débat sur… l'identité nationale.



MOT-CLÉS : besson, bilger, burqa, debbouze, identité nationale, mariannaute

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blutch 03/02/2010 23:05


Chère alice,
                 en comparaison à:
-Plus de 4 millions de français qui n'ont pas de travail et que seul une manipulation des chiffres permet d'en limiter le nombre officiel.
- Une spoliation des salaires de tous les salariés.
- Une mise à sac de la Sécu par des patrons voyous qui s'entendent avec le pouvoir pour n'avoir pas à payer leur dû.
- Un pouvoir qui vend la France à des inversisseurs.
- Un patronat qui a réinventé l'esclavage économique.
Oui ,Djamel Debbouze à raison, la Burqa n'est m'ême pas un épiphénomène. C'est juste un trompe couillon lancé par le gouvernement pour passer ses saloperies en douce derrière un faux débat.

Il serait temps que les politocards qui prétendent s'opposer à l'actuel gouvernement se rende compte de la grandeur des enjeux.
Je préfère largement voir la gauche se taire sur la burqa et s'occuper un peu plus des réformes totalitaristes qui tombent, jour après jour, sur la tête des Français et des immigrés (en burqa ou
pas).

Comme dirait Didier Porte: Tous en coeur avec moi: Debout les damnés de la Terre........


Alice 15/02/2010 19:36


Mouais, bof! La gauche ne me semble pas très performante en laissant courir le problème de l'immigratiopn. Je me permets de te rappeler qu'elle n'a pas vraiment
assuré sur le plan de la pédagogie et n'a pas donné non plus les moyens à l'Educ Nat d'accomplir sa mission.


Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives