Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 19:15

Je viens de regarder l'émission "66 mn" sur M6.
Vous aller penser que le sérieux de la 6 n'a rien à voir avec celui d'Arte.Certes! Mais bon, il faut apprendre à séparer le bon grain de l'ivraie.
J'en ai retenu quelques données fort intéressantes.

Parmi les erreurs médicales, l'on peut observer un pourcentage de morts supérieur à celles causées par les accidents de la route, qui passent elles-mêmes après les décès par suicide.
Ce genre de statistiques pourrait laisser flotter un certain doute sur la politique répressive de la Sécurité Routière. Les différents procès verbaux et amendes en tous genres ne seraient-ils pas un impôt déguisé que l'on effectuerait sous prétexte de bonne conduite?
Bon, là n'était pas mon sujet de ce soir.

Et là je vous balance carrément une image de PARIS-MATCH car le choc des photos, ça interpelle...
...et Guillaume Depardieu restera une référence.


450 000 erreurs médicales par an, discrètement rendues en pourcentage à la fin de l'émission quand tous les téléspectateurs se rendent aux toilettes afin d'évacuer leur trop plein, soit environ 0, 05 et des poussières sur le nombre d'actes pratiqués.
Cela peut sembler minime mais quand cela vous arrive, vous ne vous sentez plus dans une statistique mais simplement victime d'une erreur qui aurait pu être évitée.

Ce en quoi le reportage de M6 était très positif et convaincant.

L'erreur est humaine mais la persévérance dans l'erreur diabolique disaient déjà les Latins,
voir Wikipedia.
En l'occurence, la sagesse des anciens demeure toujours une vérité.

D'abord, nous avons vu comment les molécules à inoculer sont toutes mélangées dans des tiroirs qui se cotoient et sans différenciation aucune.
Le personnel soignant demande simplement que les produits mortels soient situés plus loin des perfusions de base comme le glucose et qu'elles soient plus visibles par un emballage de couleur franchement différente.

Les infirmières réclament aussi que soit respecté le quota minimal soignants/malades. Comment être aussi vigilant quand une seule  personne doit certains jours assumer le travail de trois? Le personnel infirmier en carence numéraire expédie systématiquement à l'administration hospitalière un courrier affirmant leur décharge de responsabilité. Ce document n'a d'ailleurs aucune valeur légale car, quoi qu'il arrive et en toutes circonstances, le personnel soignant DOIT ASSURER donc ne jamais se tromper.

En dernier lieu, l'on peut voir dans l'émission un hôpital (non cité) dans lequel le responsable a  tout engagé pour limiter les risques d'erreurs lors d'une intervention chirurgicale.
Equipe soudée, personnal stable et relecture de toutes les consultations précédemment enregistrées. Plus un bracelet posé sur le futur opéré et un bref questionnaire de dernière minute sur sa pathologie et son identité.
A ce jour, aucune erreur en chirurgie dans ce service.
MAIS, cette démarche reste du bénévolat car aucun texte n'oblige à prendre la moindre précaution.

Alors, quand on voit la politique actuelle de réduction de budgets en milieu hospitalier, qui devrait passer en justice?
Ni les infirmières ni les médecins (encore que..) mais l'Etat qui réduit sans cesse les moyens donnés à l'AP.
Ma conclusion n'a pas semblé  interroger l'équipe de M6 qui avait pourtant fait un bon boulot d'investigation.
Mais, un dimanche soir, on ne va pas poser des questions essentielles aux téléspectateurs minés par l'idée de retourner à la mine le lendemain matin!


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ballefin 14/10/2009 20:45


La photo de Guillaume Depardieu est très dure ; j'en ai les larmes aux yeux.


Alice 17/10/2009 19:26


Normal, elle est étudiée pour par Paris Match!


blutch 12/10/2009 23:16


Lorsque tu parles de l'extrème gauche et de ses casseurs, tu véhicules les délires de MAM. Ellle a toujours pas digéré la libération conditionnelle de J.Coupat alors il faut que les casseurs soient
de l'"ultra-gauche-anarco-autonome" organisés sur le plan international, pour faire plus sérieux. Cette dernière précision fait tache, puisqu'en Angleterre, en Allemagne, en Suisse,en Grêce aussi
il est démontré que les casseurs sont d'obédience néo-nazie, de groupuscules du genre Occident ou Jeune Europe, chers à M. Devedjian, (qui virant à gauche, a échoué à l'UMP). Ce sont les fachos qui
ont intérêts à avoir un climat insurrectionnel, pas la gauche.
Ne te laisses pas avoir par l'intox à MAM et Hortes-fuego.


Alice 13/10/2009 18:27



Blutch, je me demande si tu as bien saisi ce que je voulais dire quand je parlais de "mal au bide". Loin de
véhiculer les idées de MAM et autres confrères, je tentais de distinguer les gens de la gauche non socialo des casseurs. Il se trouve que j'ai entendu sur France Inter(Intertreize
du 12 Oct.) que les actions de violence ayant eu lieu à Poitiers correspondaient exactement aux ordres de Julien Coupat car ceux qui organisent ne sont pas ceux qui agissent. D'où mon
agacement.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20091012.OBS4271



Jo 12/10/2009 20:00


L'expérience montre que le lien entre dépassements d'honoraires et médecine de qualité n'est pas évident ! Hélas, ma géniale généraliste "populaire" a pris sa retraite. On attendait une heure ou
deux dans une pièce sans confort, mais elle le valait bien. D'accord avec toi, évitons les dépassements d'honoraire autant que possible. Quand au réveil politique, tu manques d'optimisme… et moi
aussi. Ce n'est pas moi qui donnerai la solution ! Pourtant, le manque d'échappatoire me devient insupportable.


Alice 12/10/2009 21:46


J'ai mis entre quatre et cinq ans à retrouver un  généraliste"génial".
Je n'attends pas vraiment car je prends des RV en début de demi-journée...ce que je fais avec tous mes  soignants, même si j'ai un dentiste qui pourrait défier la rumeur sur sa
ponctualité!
La dernière que j'ai "perdue" because retraite était l'ophtalmo. Du coup, j'assume de voir très mal car je n'ai pas les moyens de payer les multiples carreaux qui me seraient soit-disant
nécessaires. Car ce qui me gêne le plus est la petite allergie que j'entretiens à cause de la cigarette! Boire ou conduire, il faut choisir!


patrice 12/10/2009 08:58


les budgets, certes c'est une chose, mais les erreures médicales sont également présentes dans les cliniques, or celles ci vivent essentiellement de part leur gestion, avec un seul soucis la
rentabilité et se faire plein de fric. tout cela sans prendre les précautions nécessaires vis à vis des patients, ainsi on se retrouve avec du personnel sous qualifié, sous payé et sur exploité.
récemment, une clinique du 11ieme de paris avait détecté une épidémie de gale ayant infectée plusieurs patients, silence total, tant pis pour les patients, interdiction d'en parler, même le
responsable des maladies et de l'hygiène au sien de l'établissement, chirurgien de son état, n'a pas moufté un mot, au risque qu'il se fasse jeter de la clinique. tu devrais parler aussi de la
médecine des riches et des pauvres, quand on voit les dépassements d'honoraires que se permettent ces chirurgiens de clinique, sinon tu attends 6 mois pour te faire opérer à l'hôpital et j'en
passe.......


Alice 12/10/2009 19:24


Mais tu sais "la langue de bois" est encore plus pratiquée dans le public.
Sur la médecine à deux vitesses il me semble avoir déjà écrit  au moins un article.
Quant aux dépassements d'honoraires, voici longtemps que je lutte en tout simplement en ne consultant jamais chez les médecins de droite et les "pontes" qui abusent. Cela dit, par exemple en
gynéco, le choix reste limité car les toubibs pratiquent TOUS des dépassements. il faut alors chercher dans la jungle les plus compétents et les moins chers...et consulter au minimum.
Quand ma fille a eu de graves problèmes médicaux, nous nous sommes rendues à l'Hôpital Public et avons supporté les délais d'attente. Pas le choix quand on n'est pas blindé de thunes. Et on y
trouve de nombreux toubibs étrangers et mal payés qui sont très compétents.
Bien sûr, tout cela demande de s'informer, voire d'avoir touours un ou deux amis médecins qui sauront nous guider dans le labyrinthe des inégalités.


Jo 12/10/2009 05:46


Tu veux envoyer l'État en justice ? Mais l'État, c'est nous ! Les lois de finances qui fixent les budgets de la santé sont préparées par le gouvernement que préside un président élu par le peuple,
et votées par les assemblées élues par le peuple… Est-ce le peuple qui doit passer en justice ?

Je crois que la conclusion est que nous devrions tous nous intéresser de plus près à la politique, car ce n'est qu'en faisant grimper l'exigence des électeurs que nous ferons grimper la qualité de
l'action des parlementaires et des ministres. Le populisme naît de la paresse de la Nation…


Alice 12/10/2009 19:37


De une, le gouvernement élu est bien loin de représenter le peuple si l'on fait le calcul du nombre d'électeurs.
Il est évident que "faut qu'on, y'a qu'à" s'intéresser plus à la politique est bien loin d'être suffisant. Et que je regrette que la démotivation de la jeunesse.
Mais que nous reste-t-il pour agir si nous n'avons plus confiance en aucun des partis politiques représentatifs?
Et quand j'entends sur les médias que l'extrême gauche est représentée par les casseurs, ça me fait mal au bide. Il n'existe à ce jour aucune coordination entre ceux qui en ont ras le bol, et c'est
bien là la difficulté.
La pratique d'Internet pourra-t-elle aider à rassembler ceux qui souhaitent agir? Rien de moins sûr car, quoi qu'on en dise, sans leader, sans un minimum d'organisation, tous les propos tenus comme
les pétitions restent sans effet.
Attendons déjà de voir ce que donne la "votation" pour La Poste.


Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives