Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 21:25

J'avais cru comprendre que le nouveau gouvernement allait proposer des solutions différentes dans le domaine de la pédagogie.

Je constate à ce jour que personne n'ose revenir sur la question du "pédagogisme" qui n'a pourtant jamais fait ses preuves. Pourquoi jamais aucun responsable politique ne se pose-t-il la question des résultats? Pourquoi les modèles performants venus de l'étranger ne servent-ils à rien? Pourquoi continue-t-on à s'acharner sur des méthodes inefficaces? Les premières idées pédagogistes étant issues de la gauche, je reste surprise qu'elles soient validées par la droite. Les autorités censées être concernées par le sujet seraient-elles toutes incompétentes? Mais pourquoi donc avons-nous toujours des ministres qui ne connnaissent rien au sujet? Comment n'est-il pas possible d'évoluer dans ce domaine grâce à toutes les expériences de pays qui "assurent"? Vraiment, la France devrait avoir honte de son manque à donner une instruction pour tous, quelles qu'en soit leurs origines. Car à ce jour, ceux qui n'ont plus confiance et  détiennent encore quelques moyens n'osent plus placer leurs enfants dans une école publique. Ce qui revient à déclarer la mort de l'école pubique que je soutiens depuis toujours.

 

Ecole française, mauvaise note sur toute la ligne

L'Hérétique - Blogueur associé | Mercredi 8 Décembre 2010 à 15:01 | Lu 6239 fois


Une fois de plus, l'école française est sévèrement sanctionnée par le classement PISA, preuve s'il en était encore besoin de la perte inexorable de qualité de notre enseignement. Et selon l'Hérétique, l'avenir ne s'annoncerait pas sous les meilleurs augures, avec des carnets de compétences, des inspecteurs zélés et d'autres mesures inutiles.



Le classement PISA vient de tomber. Encore une occasion de se mortifier, pour nous autres Français, sur la qualité déclinante de notre école.

Ce que révèle PISA, c'est que notre école est meilleure pour les meilleurs et se délite de plus en plus pour les plus en difficulté.

On voit ainsi très bien que les déclarations des Châtel et consorts ne sont que du flan. En dépit des grandes déclarations de ce ministre, on ne travaille pas plus la lecture et l'écriture qu'avant. En revanche, les pédagogolâtries y ont cours plus que jamais, à commencer par l'imbécile et inutile carnet de « compétences », que l'on applique désormais au collège, et les plans de toutes sortes, établis dans l'urgence de l'audimat, comme par exemple le nouveau plan Sciences que prévoit Châtel.

Il faut dire que les Français plébiscitent imbécilement les mesures les plus stupides quand on les sonde. Contents de se faire niquer, les crétins. Tenez, consultez la dernière enquête Ipsos, organisme de sondages en principe fiable.

Regardez comme ces idiots approuvent à une majorité écrasante l'introduction des compétences au collège. Et pour les rythmes scolaires, alors même que l'Allemagne doit sa remontée à la réintroduction des cours l'après-midi, la France envisage, sous l'égide des Châtel, Descoings et autres signataires pédagogisant pour-les-autres-mais-pas-pour-moi de les supprimer.

On devient mou, à SOS-éducation : on croit que la seule méthode globale est en cause. Cela va bien au-delà. Quel enseignant osera rétablir la dictée, sans doute, avec la rédaction, l'exercice d'écriture le plus complet, parce qu'il requiert de l'attention, de la compréhension de texte et la connaissance de règles nombreuses.

Pourquoi à peu près partout, ce sont ceux qui appliquent les règles traditionnelles qui obtiennent les meilleurs résultats tous élèves confondus ?

En réalité, dans le primaire, une forte majorité d'inspecteurs est là essentiellement pour faire chier au maximum les instituteurs, rêver qu'on leur cire les bottes et, quand ils ne sont pas carriéristes, désirer profondément qu'on leur fasse la cour. Professeurs du secondaire ratés, ou, pire encore, enseignants du primaire qui sont montés en grade à force de fourberies et de flatteries, les inspecteurs du primaire sont devenus une engeance nuisible, inefficace et inutile. La situation est un peu plus contrastée dans le secondaire, mais, là encore, on peut constater qu'un certain nombre d'entre eux assurent la promotion d'idées et de vues dépassées à seule fin de se faire bien voir des services des rectorats et du ministère.

Et si Châtel faisait un plan « Crétins et débiles pré-obscurantistes », tant qu'il y est, pour nettoyer l'Éducation nationale ?


Ecole française, mauvaise note sur toute la ligne
Mais le pire, c'est que tous les partis politiques sans exception sont d'accord pour poursuivre dans la même voie et que plus personne n'écoute les courageuses voix isolées d'un Brighelli ou d' une Natacha Polony.

Maintenant, il y a ce que PISA se garde bien ou, en tout cas, oublie de dire : les pays les plus en difficulté, en dépit des moyens qu'ils allouent, comme l'Allemagne ou la France, ou encore l'Angleterre  sont aussi des pays de très forte immigration. Bien évidemment, cette réalité vient se superposer à la carte des élèves en difficulté dans les deux pays. Et encore, la France a notablement amélioré ses résultats pour les générations issues de l'immigration, bien qu'elle accuse encore un fort retard. Il est vrai qu'il est plus facile de faire le « kéké »  quand il n'y a que 100 000 immigrés dans un pays ; quand cela frise les cinq millions, comme en France ou en Allemagne, avec une très forte majorité de surcroît de culture vraiment différente, c'est tout autre chose.

Notre pays s'est habitué, sous la pression politique et pédagogolâtre à l'escroquerie intellectuelle pour mieux masquer l'inanité de ses pratiques et de ses méthodes. Ce qu'il en est de la lecture est très joliment évoqué ces derniers jours par Natacha Polony.

Pour reprendre en main l'Éducation nationale, il faut une force politique déterminée et un commando chargé de nettoyer les Écuries d'Augias. Je crois à l'intelligence des enseignants. Ils n'ont pas besoin des millions de tonnes de papier de consignes plus idiotes les unes que les autres qu'on leur envoie chaque année. Partout où les enseignants résistent aux pressions des administrations centrales, les résultats scolaires s'améliorent. Parce que la Bretagne a toujours refusé les pédagogoconneries des pédagolâtres, elle s'est montrée de longue date la meilleure élève de notre système scolaire.

Regardez l'entourage et les conseillers de Châtel : on y parle d'excellence mais on promeut la compétence. Ces gens-là n'ont aucunement l'intention de reconstruire notre école.

J'ai l'espérance de croire que Bayrou peut être celui qui reprendra en mains notre système. Il lui faudra s'affranchir du programme de son parti, comme je l'ai déjà dit, et je le répète. Cela suppose un sacré coup de balai chez les experts auto-proclamés et autres sociologues des sciences de l'éducation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blutch 15/12/2010 19:04



Pour la Suisse, et en faisant abstraction des diplomates et de riches: l'immigration vient d'Europe du Sud, d'Afrique Noire et Afrique du Nord, Proche et moyen-Orient, Amérique du Sud Et un peu
d'Extrême-Orient. Les Balkans aussi beaucoup....
Il viennent de où les étrangers en France?
C'est vrai qu'en Suisse, il n'y a pas lieu d'avoir un esprit revanchard en rapport avec les colonies, mais putain avec les banques, c'est pas triste, et là, même les frouziens s'y
mettent.....
Et il y a surtout une proportion deux fois plus forte d'étrangers. Mais, au moins jusqu'à maintenant, la Suisse a évité d'avoir des ghettos. Et c'est là que çà coince en France.
Tu peux vivre 10 ans en France, sans apprendre le premier mot de la langue, et c'est là le problème.
Et pour ce qui est des moyens, la différence n'est pas notable, hormis que salaires et dépenses sont sur une échelle plus élevée. En finalité, les fins de mois en Suisse sont aussi longues qu'en
France......
Lorsque de Gaulle a eu besoin de main d'oeuvre importée, il a voulu ne pas l'intégrer, Il voulait que ces gens repartent lorsqu'ils arrêtent de bosser. Mauvaise pioche, mais
l'optique n'a toujours pas changé. Il est là le problème français.
Blutch.



Salomé 15/12/2010 22:23



Mais tu fais déjà abstraction de citoyens qui apportent de la tune! Ca change les paramètres! Quant aux ghettos français, ne m'en parle même pas tellement le
problème est  criant. Pas assez calée en économie, je dirais juste qu'une fois de plus, tout é été prévu à court terme, ce qui me semble un très mauvais calcul. Sur de Gaullle, je n'en
diraipas trop car je risque de m'énerver. mais c'est quand même lui qui est à la source de ce qu'on obtient aujourd'hui.



Blutch 15/12/2010 09:13



Le problème de fond reste de savoir POURQUOI un pays a besoin d'un système scolaire!


Des citoyens instruits sont des citoyens critiques, qui n'acceptent pas facilement de se laisser bouffer par un système politique autocrate (dictatorial) où une seule personne relaie et impose la
volonté des détenteurs de l'argent.


Avec grosso-modo 8% d'immigration, la France est très loin derière certains pays qui s'en sortent mieux qu'elle. En Suisse, un habitant sur 5 est étranger.
Par contre, il n'y a pratiqument pas de ghettos ethniques ou culturels.
Et les mouvement xénophobes sont dans la moyenne européenne.

Si la France a mal à son immigration, c'est qu'elle ne fait pas l'effort nécessaire pour l'intégration, et, en contre-partie, n'a aucune exigeance à propos de cette même intégration.
Ce qui arrange bien les affaires des promoteurs de la karchérisation de la société.

La société affairiste n'a rien à faire que ses "manoillons" puissent discourir sur les vertu comparées de la Princesse de Clèves ou de Madame Bovary. Du moment qu'ils savent reconnaître le
bulletin de vote qu'on leur conseille de mettre dans l'urne......

Cà doit être difficile d'être prof de travailler dans une société qui s'est trompée de priorités éducatives. Mais çà doit devenir un enfer lorsque ces priorités relèvent de la volonté de
crétinisation du populo....
Et comme le disait Caton:
Sarkozinum delenda est
Blutch.



Salomé 15/12/2010 17:11



Sans souhaiter vouloir défendre l'état français, je pense que les moyens y sont inférieurs à la Suisse...et les étrangers pas les mêmes! Car la Suisse ne me semble
pas avoir le même passé colonialiste... que  la France a du mal à gérer. Ce qui se traduit par une "hypocrisie économique", si je puis dire, dans tous les domaines de l'intégration.



Présentation

  • : Au Pays des Merveilles d' Alice
  • Au Pays des Merveilles d' Alice
  • : Blog indépendant: billets d'humeur sur le monde environnant, humour, diffusion de pétitions,tendance anarcho-libertaire, économie solidaire...
  • Contact

Profil

  • Alice
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe
  • Passionnée par la frontière entre la norme et l’exception. Trop longtemps enseignante, j'ai rendu les armes plus tôt que prévu et je me consacre à ce que j'aime: l'écriture, les arts plastiques et les débats de société... et ça va chauffe

Recherche

Archives